[FR] «La soprano espagnole Sabina Puértolas, qui avait déjà interprété le rôle à Madrid en alternance avec Lucie Crowe, est une éblouissante Rodelinda, fascinante par la clarté de son timbre, sa longueur de souffle, la maîtrise des nuances et l’exemplarité de la diction. Actrice consommée…» Forum Opera, 15/12/2018

[DE] «Ganz viel vokalagile Sopranraffinesse legt Sabina Puértolas in ihre Rodelina, mit berückender sahniger Weichheit, in seiner Schlussarie aber auch mit dramatisch durchpulsten Koloraturen adelt Lawrence Zazzo den Bertarido». Concerti.de, 15/12/2018

[FR] «L’incandescente Sabina Puertolas ( Rodelinda ) et le contre-ténor Lawrence Zazzo placent la barre très haut, notamment dans un duo à faire pleurer les pierres». Le Progres, 18/12/2018

[FR] «Bref, elle livre une palette d’émotions intenses qui touche le spectateur, captivante et charismatique, elle ne peut qu’attirer le regard. Vocalement, le résultat est tout aussi superbe et nous entendons une Rodelinda aux vocalises légères et agiles, en équilibre et en nuances, le tout dans un timbre chaleureux et doux, puissant quand il le faut». Opera Online, 15/12/2018

[FR] «De Madrid, nous vient aussi la Rodelinda de , soprano qui excelle par la finesse de ses agiles vocalises, par le subtil équilibre de ses nuances, que par la douceur crémeuse de son timbre. Le temps s’arrête littéralement lors du duo « Io t’abbraccio » qu’elle mène en hauteur sur le balcon ; le désespoir saisissant se savoure à chaque note dans son « Se’l moi duol non è si forte »». ResMusica, 18/12/2018

[FR] «Dans le rôle-titre, Sabine Puértolas met sa polyvalence vocale et son timbre nourri au service d’une incarnation contrastée, entre intériorité mélancolique galbée dans une sensualité perceptible et vigueur vindicative éclatant dans des aigus ciselés». Toutelaculture.com, 20/12/2018

[FR] «Dans le rôle-titre, c’est peu de dire que Sabina Puértolas se sent parfaitement à l’aise. Superbe actrice, la soprano espagnole campe une mémorable Rodelinda, son chant révélant, dans les moments de douceur, une rare intelligence de musicienne. Son registre aigu n’est pas en reste, et s’avère d’une beauté rare, emplissant tout le théâtre, comme dans l’admirable aria du I («Ombre, piante, urne funeste»)». Concertonet.com

[FR] «La soprano espagnole Sabina Puértolas est une Rodelinda séduisante au timbre lumineux et aérien». La Croix, 22/12/2018

[FR] Sabina Puértolas campe une Rodelinda aristocratique et déterminée. Les éclats cristallins de son timbre repoussent avec mépris les tentatives de Grimoaldo, dont elle rejette dès l’abord le bouquet de roses rouges qu’il lui tend (L’empio rigor del fato). La voix est ferme, bien projetée, la diction claire et les aigus superbes…». Baroquiades.com, 25/12/2018

[FR] «Après une ouverture que le chef Stefano Montanari dirige dans un tempo particulièrement rapide, le public découvre le timbre clair de la soprano Sabina Puértolas qui chante Rodelinda. Vêtue de noir, elle pleure son époux Bertarido, roi légitime qu’elle pense mort assassiné. Ses interventions se succèdent entre bravoure et finesse vocale». Olyrix, 29/12/2018

[FR] «Et enfin, l’impériale Sabina Puértolas campe une Rodelinda  absolument stupéfiante, surprenant le spectateur à tous les instants, imprimant à son chant tous les contours du personnage. Elle tient le spectacle avec un timbre clair, une maîtrise des nuances et une diction dont beaucoup pourraient s’inspirer». Un-culte-d-art.overblog.com, 2/01/2019